Présentation

  • : Tasting Club - site de commentaires de dégustation de vin
  • Tasting Club - site de commentaires de dégustation de vin
  • : Blog de commentaires de dégustation de vin. Fondé par des amateurs passionnés, ce site a pour unique prétention de partager les découvertes, les expériences et les rencontres œnophiles.
  • Contact

Publications à venir

Retrouvez ici les publications à venir !

Recherche


Les tweets incluant les tags #wnote proposent une notation "plaisir" des vins dégustés (sur 10) et sont traités par le site Tweetawine.com

 

Wikio - Top des blogs - Vin

Suivi par

Le meilleur de l’actualité vinicole et viticole

http://www.wikio.fr

 

Régions

16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 23:00

Yquem Y 1964

Pour ce vin quelque peu extra ordinaire, nous vous proposerons bien plus un partage d'expérience qu'une fiche détaillée de présentation et de dégustation. Nous ne pouvons passer à côté de cette occasion de figer par quelques lignes ce moment où l'on fait un bond en arrière pour découvrir ce que le vin a à nous raconter au bout de 48 ans. Car oui cette cuvée de Y est bien millesimée de 1964.

Vous trouverez quelques photos complémentaires de cette capsule temporelle ici.


Description de la cuvée

Nous avions présenté les caractéristiques de la cuvée "Y" du Château d'Yquem ici. Malgré le temps, les méthodes d'élaboration sont restées très proches et déjà à l'époque cette cuvée de Bordeaux blanc était obtenue à partir d'une majorité de Sauvignon.

Mais, car il y a un mais, ce qui caractérise ce millésime outre son grand âge, c'est que l'année 1964 fut une très mauvaise année pour l'appellation Sauternes avec beaucoup de pluie. Ces conditions n'ont pas permis d'obtenir le grand vin qui, lui, est obtenu par assemblage de sauvignon et surtout de semillon botrytisé.

La cuvée "Y" est donc le seul vin produit par le Château en 1964 et les grappes de semillon botrytisé, les fameux grains nobles, ont été ajoutés à l'assemble.

Vous pouvez observer sur la photo principale le niveau du vin dans la bouteille qui n'a pas encore été ouverte. La "part des anges" si l'on peut dire a fait son oeuvre, laissant avant ouverture, indéniablement envisager une place importante à l'oxydation du vin.

En quelques mots, vous trouverez ci-dessous notre ressenti lors de cette dégustation.

 


Dégustation

  • Œil : La robe est ambrée, de couleur caramel mais avec encore une belle lumière. Les larmes sont généreuses et bien définies.

  • Nez : Le nez n'est vraiment pas flatteur et révèle des notes de moisissure. Ca sent les pieds ! Les arômes se détendront par la suite avec comme majeure des accents particulièrement fumés.

  • Bouche : En opposition avec le nez presque repoussant, c'est la bouche qui gagne en intérêt. L'oxydation est évidemment très forte et les notes champignonées sont nombreuses. L'accent est celui d'un vin de voile sans le côté levuré. Sous la patine, la truffe blanche gagne sa place au fur et à mesure que le vin s'ouvre. Une déclinaison d'amers nobles évoquant le zeste séché, des accents de bois patiné voire brûlé, et les notes de fruits secs, de noix ou d'amandes viennent nous remémorer la jeunesse du vin en coeur de bouche. La longueur qui semble courte au départ du fait de la fragilité du vin et du côté éphémère de sa courbe en bouche est en fait absolument impressionnante. Tel un très grand alcool dont les arômes sont encore en mémoire vive le lendemain au réveil, ce vin sait encore puiser dans ses réserves pour nous surprendre.

  • Appréciation : Est ce bon? Il y a de ça! Un vrai plaisir même si le vin est torturé. Il a clairement basculé de l'autre côté du fil mais a encore des choses à dire. Le fruit, la pulpe, l'élevage même ont rendu l'âme. Il reste les amers, le sel et la profondeur mise en mouvement par cette oxydation qui ne peut avoir d'intérêt que si le vin possède un fond indéniable. Nous aimons y voir la trace intemporelle du terroir Yquem.

 

Yquem Y 1964 capsule


 

Contacter le domaine : 

 

Château d'Yquem
33210 Sauternes

Téléphone : +33 5 57 98 07 07

Site web : http://www.yquem.fr/

Blog : http://www.myquem.com/actus/

 


Situer le domaine


Afficher Chateau d'Yquem sur une carte plus grande

La situation indiquée ci-dessus fait
référence à l'adresse du domaine mais ne peut prendre en compte la
localisation exacte et exhaustive des vignes elles-mêmes.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...



Repost 0
Published by JP - dans Bordeaux
commenter cet article
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 15:00

Chateau Leoville Las Cases 1997

Nous avions déjà présenté un vin de cette appellation (Saint-Julien) et d'ailleurs du même domaine. Oui, sur ce millesime il fallait le boire, ce que nous avons fait avec un certain plaisir il est vrai et nous pensons simplement qu'il serait dommage de ne pas partager nos commentaires de dégustation à son sujet avec vous. Alors oui c'est 1997, ce n'est pas un grand millésime mais justement ! Que donne un vin de grande renommée lorsque le millésime n'est quant à lui pas génial?

Il semble qu'il y ait une multitude d'approches permettant de caractériser un "grand millésime" :

  • L'approche climatique : "Pour l'obtention d'un grand millésime, il faut des conditions climatiques idéales : chaleur, pluviométrie adéquate et récolte par temps sec."

  • L'approche par l'homogénéité : "Un grand millésime serait peut-être un millésime dans lequel il est possible de déguster un bon nombre de vins d'excellente qualité"

  • L'approche pratique à posteriori : "Un grand millésime serait un millésime qui dans des verticales de quinze années apparaîtrait systématiquement dans les trois premiers pour 75% des vins testés d'une même région."

Bien, ce ne sont que des exemples qu'il ne convient pas d'assimiler à des courants de pensée... Mais même s'il est clair qu'un grand millésime est d'abord et pratiquement exclusivement lié à un facteur climatique, voire météorologique, auquel le facteur humain n'a pas de prise, le talent du vigneron est de faire ce qu'il y a de mieux avec ce qu'il a. On dit même souvent que c'est dans les années les plus difficiles que l'on reconnait les bons vignerons...

Alors revenons à 1997 dans la région de Bordeaux. Pour comprendre un peu le millésime en question il faut savoir que 1997 a concentré d'importantes amplitudes climatiques avec un hiver vraiment doux, suivi de beaucoup d'humidité au printemps. L'été s'est montré chaud avec un mois d'août tropical. Il faut également savoir que les vendanges ont été très précoces avec des raisins qui ont quelques fois muris rapidement sur la fin, et ça non plus ce n'est pas l'idéal car on préfére généralement une maturation lente. Ainsi, les vins du millésime sont souvent tendres, fruités et équilibrés mais d'une garde limitée...

 

Description de la cuvée

Afin d'éviter une redite, nous avions déjà dégusté une cuvée du domaine et vous pouvez lire les commentaires ici.

Sachez simplement que le vin du Château Léoville Las Cases portant la mention "Grand vin" est le grand vin du château. Ce qu'il se fait de mieux avec une sélection attentive des grains. Attention, souvenez-vous que la cuvée "Clos du Marquis" n'est à l'inverse pas un vrai "second vin" mais bien une sélection parcellaire... Encore une fois, vous trouverez quelques détails ici.

Les sols sont composés de graves garonnaises profondes sur alios. L'assemblage est atypiquement réalisé à partir de 85% de Cabernet Sauvignon, 14,5% de Merlot et 0,5% de Cabernet Franc. La densité de plantation est de 8 797 pieds/hectares. L'âge moyen de la vigne est de 30 ans. La vendange est manuelle. Le vin est élevé 18 à 20 mois dans des barriques de chêne en moyenne neuves de 50 à 100 %. 

 


Dégustation

  • Œil : La robe est de couleur grenat avec une très belle intensité tirant sur le noir. Des reflets légèrement évolués sont présents et le vin affiche de belles larmes.

  • Nez : Le nez est expressif et plein de finesse, de subtilité. Ses arômes sont confortablement installés sur des notes de cassis, de tabac et d'épices douces. L'ensemble est subtilement truffé.

  • Bouche : L'entrée de bouche est fluide mais expressive. Ce Saint-Julien surprend par la souplesse de son attaque. Le coeur de bouche affiche une belle fraicheur, preuve que le vin est clairement encore debout. La complexité est également de la partie avec derrière une belle matière, des notes tertiaires de truffe, de tabac et de cire d'abeille. Le fruit est lui toujours là avec les petites notes de fruits noirs perçues au nez mais les accents ici rappellent plus certainement la griotte. Les tanins sont adoucis et même voloutés. La finale est de belle longueur et portée par de petites touches amères salivantes.

  • Appréciation : Un Saint-Julien plein de finesse, de délicatesse. Une expression à part que nous avons trouvée particulièrement intéressante et par dessus tout agréable. Même si ce vin ne joue pas des mécaniques pour nous impressionner, le plaisir est indiscutablement bien là et ce n'est clairement pas à cause du prix que l'on finit la bouteille...

  • Accords mets/vin : Côte de boeuf à la moëlle, agneau sur flanc de courgettes et d'ail, hachis parmentier de joue de boeuf..

  • Service : A carafer, avec délicatesse 1 heure à l'avance et servir à 15°C

 


Trouver ce vin

Tarif indicatif : 90€ (75cl)

Bouteille dégustée achetée chez Caveprivee.com

 

Egalement disponible chez :

Boottle France

Lavinia

Lafayette Gourmet

 

Pour commander directement au domaine c'est ici


Contacter le domaine : 

La vente des vins est réalisée de manière classique par l'intermédiaire de négociants puis des distributeurs.

Site web : www.leoville-las-cases.com


Situer le domaine


Afficher Château Leoville Las Cases sur une carte plus grande

 

La situation indiquée ci-dessus fait
référence à l'adresse du domaine mais ne peut prendre en compte la
localisation exacte et exhaustive des vignes elles-mêmes.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Repost 0
Published by JP - dans Bordeaux
commenter cet article
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 19:02

Cassini St-Emilion 2008

Nous parlions ici il y a quelques temps de vin de garage, ces cuvées confidentielles. Et bien cette fois-ci nous pourrions presque parler de vin de jardin ! Et oui, nous sommes près de Bordeaux, à Saint-Emilion pour être exact et ici on voit généralement grand. Et bien Arnaud Daudier de Cassini, lui, cultive ses vignes dans son jardin, autour de sa maison. Bon certes, il y a 1,93 hectares de vignes, c'est un beau terrain mais d'un point de vue viticole c'est tout petit, et encore une fois : surtout dans la région !

Voici pour vous présenter le domaine et le vigneron, tout en évitant de paraphraser, un extrait du site du domaine :

"Passionné par le milieu viticole, Arnaud a obtenu son brevet de technicien agricole option viticulture œnologie à Avignon, en 1978.

Il se perfectionne lors de stages ouvriers viticoles, tractoristes et maître de chai au sein du Château Figeac et au Château Le Tertre Roteboeuf à Saint-Emilion. Pendant quelques années, il est négociant en vins au sein des « Caves Leblond » et de la « Maison Cuvelier-Fauvarque », à Lille.

Puis, de retour en bordelais, il participe à la gestion du vignoble familial (7 hectares à Saint-Emilion) et crée une agence commerciale de vente de vins à Paris (environ 30 000 bouteilles de Saint-Emilion et 15 000 bouteilles de Bordeaux vendues par an). En 1999, il achète un vignoble de 1,93 hectares à Saint-Emilion. Il rénove le chai et la maison, et se consacre avec passion à ses vignes et son vin. Arnaud est marié et père de 3 enfants."

Nous nous intéressons dans cette article à son unique cuvée portant sobrement le nom de "Cassini" en rappelant l'appellation Saint-Emilion.

Description de la cuvée

Le vin est obtenu à partir de vignes de plus de 40 ans et résulte de l'assemblage à 85% de Merlot, à 10% de Cabernet Franc et à 5% de Cabernet Sauvignon. Le rendement est réduit à 41 hectolitres par hectare alors qu'il frôle régulièrement les 60 hectolitres dans l'appellation.

A la vigne Arnaud cherche à travailler le plus naturellement possible, en bio, biodynamie même, mais sans certification. Il n'en veut pas, il n'en a pas besoin et il cherche à faire le mieux possible, c'est ce qui semble être sa philosophie.

La vinification dure 3 semaines sans brusquer le marc et en utilisant les levures indigènes du raisin. L'élevage dure 22 mois en cuves ciment avec une aération modérée. La mise en bouteille s'effectue par gravité sans collage ni filtration.

Goûtons ça !


Dégustation

  • Œil : La robe est rubis de faible intensité et très lumineuse. Le vin affiche des larmes larges et nombreuses.

  • Nez : Le nez, très frais dès l'ouverture, s'ouvre sur de petits fruits rouges (griotte notamment) puis sur le cassis. Puis le coté floral prend le dessus en offrant un bouquet épanoui de muguet, jasmin et de lila. Après quelques instants nous avons consulté le calendrier lunaire qui nous a confirmé que nous étions en jour "fleur". Une fois totalement ouvert, le vin laisse danser ses épices, car il y en a. Les épices douces plutôt avec des accents de clous de girofle et de réglisse, le vrai celui en bâton (la racine quoi !), pas le zan, soutenues par une pointe finement mentholée et de jolies effluves de tabac blond.

  • Bouche : La bouche est surprenante par sa grande souplesse très vite gainée par des tanins encore serrés mais au grain plutôt fin. Le coeur de bouche est fluide, presque acqueux mais superbement mis en tension par une belle fraicheur qui conduit à la finale et qui laisse s'exprimer clairement les arômes d'épices et de fleurs déjà perçus au nez. La matière est d'une belle finesse mais le tanin en fait un vin de gastronomie.

  • Appréciation : Le nez et la bouche sont d'une très belle pureté sans recherche particulière d'extraction ni de concentration. Ici on joue sur la finesse et on sort en quelque sorte des habitudes de certains vins de l'appellation beaucoup plus massifs. Allez, osons : un Saint-Emilion qui se déguste presque comme un pinot noir bourguignon ! Un vin qui pourrait bien en réconcilier certains...

  • Accords mets/vin : Un beau morceau de viande rouge avec une cuisson saignante, agneau de lait aux cèpes, canard aux fruits rouges, daube de boeuf.

  • Service : A carafer au moins 30 minutes à l'avance et déguster à 17°C.

 


Trouver ce vin

Tarif indicatif : 17€ (75cl)

Bouteille dégustée issue de chez votresommelier.com

Il est possible de passer commande directement auprès du domaine en écrivant ici

Egalement disponible chez :

www.wine-et-vin.com


Contacter le domaine : 

Agnès et Arnaud Daudier de Cassini
BP 19
33330 Saint-Emilion
France

Tel : +33(0)5 57 24 73 83

Mail : arnaud.cassini@wanadoo.fr

Site web : cassini.viticulteur.free.fr


Situer le domaine


Afficher Saint-Emilion sur une carte plus grande

 

La situation indiquée ci-dessus fait
référence à l'adresse du domaine mais ne peut prendre en compte la
localisation exacte et exhaustive des vignes elles-mêmes.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Repost 0
Published by JP - dans Bordeaux
commenter cet article
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 11:45

Pourquoi parler du Château d'Yquem? Pourquoi une fois de plus parmi les déjà nombreuses sources du web et d'ailleurs? Pourquoi ici, sur ce blog, alors qu'avant même la sortie de chaque bouteille, les plus grands professionnels ont déjà un avis...

Au risque de ne pas vous paraitre très original et de faire doublon avec bien d'autres publications, de temps en temps il faut aller goûter les classiques. C'est comme faire ses gammes, en quelques sortes... mais sur un Steinway directement !

 

Yquem 1996 et Y 2006

Et puis c'est aussi peut-être à nouveau l'occasion de donner l'envie et d'écrire ce que de simples amateurs ressentent, surtout lorsqu'ils n'en ont jamais bu et qu'ils ne disposent, de fait, d'aucun référentiel. En effet, ici l'étiquette était connue mais les références sur le vin étaient absentes. Aucun repère, pas de discours précisant que les millésimes dégustés étaient meilleurs ou moins bons que tels ou tels autres millésimes. Nous avons dégusté ces vins juste pour indiquer, et partager, quels goûts ont ces vins, pour nous. Puis, parce qu'à notre sens c'est toujours intéressant : est-ce que ca vaut le coût? Mais revenons en aux vins :

L'histoire du domaine, captivante, est déjà très bien détaillée par le site du domaine et nous ne ferions que paraphraser.

Sachez simplement que le Château d'Yquem était la propriété de la famille Lur Saluces deux siècles durant. En Novembre 1996, LVMH entre au capital pour en devenir le principal actionnaire en 1999. En mai 2004, la gestion est donc confiée à Pierre Lurton (qui s'occupe aussi de Cheval Blanc en Saint-Emilion).

En matière de terroir, les sols proposent différentes pédologies : graves, argilo-calcaire, silice, calcaires.

Le Château d'Yquem jouit d'une réputation exceptionnelle : les plus grands vins du monde y seraient produits.

Retenez surtout que seuls des vins blancs y sont produits : le vin principal nommé "Château d'Yquem" et une cuvée plus rare nommée sobremment "Y" (et avant 2004 « Y de Lur-Saluces »).

Nous avons degusté ces 2 cuvées sur 2 millésimes différents : 

 

Description des cuvées

"Y"

Cette cuvée exceptionnelle n'est produite que lorsque certaines conditions sont réunies. De ce fait, il n'y a eu que 23 millésimes d'"Y" depuis le premier en 1959. Ce vin est réalisé à partir des mêmes vignes que le vin principal et ce sont sa vinification et l'élevage qui diffèrent.

La décision de produire cette cuvée repose principalement sur la nécessité d'ajuster et de réemployer les quantités de sauvignon et semillon afin de garantir la qualité du grand vin liquoreux.

Techniquement, il est par ailleurs composé à 40% de Semillon et 60% de Sauvignon, dérogeant à la règle du grand vin qui lui est majoritairement composé de Semillon.

La vinification est réalisée avec un pressurage léger, une fermentation et un élevage sur lies en barriques dont 1/3 en bois neuf et 2/3 âgés de 2 ans. Ce millésime offre 11g/l de sucre résiduel.

A noter que n'étant pas liquoreux, l'« Y » n'a pas droit à l'appellation Sauternes, mais à celle de Bordeaux.

Château d'Yquem

Ce vin est le seul Sauternes classé premier cru supérieur.
La qualité est toujours privilégiée au rendement. Pour se représenter la chose, sachez qu'il est de coutume d'illustrer ce propos en précisant qu'un cep de vigne ne permet d'obtenir qu'un seul verre de vin par an. C'est le plus faible rendement au monde... De plus, lorsque le vin n'est pas digne de son rang il n'est pas mis en vente ou il est dégradé. A ce titre, plusieurs millésimes (tels que 1974 et 1992) n'ont pas été commercialisés.

Le vin est obtenu à partir de raisins atteints de pourriture noble, appelé Botrytis Cinerea dont l'apparition est favorisée en automne par les brouillards nocturnes émanant du Ciron. Nous avions par ailleurs déjà évoqué cette pratique dans l'article relatif au Tokay Disznoko - Kapi Vineyard 2005.

Techniquement, 3 à 4 pressurages pneumatiques sont effectués. La fermentation et l'élevage sont réalisés en barriques neuves, renouvellées chaque année. Les meilleurs tonneliers sont sollicités pour réaliser ces barriques en merrain de chêne.

Le jus de chaque journée de vendange est élevé séparement pendant 6 à 8 mois avant un 1er pré-assemblage au printemps suivant la récolte. L'élevage dure 4 années au total et c'est au cours de la dernière année que l'assemblage final est réalisé sur la base de dégustation à l'aveugle.

 


Dégustation

"Y" 2006

  • Œil : La robe est jaune pâle hésitant entre doré et transparence. Le liquide est vif dans le verre et les larmes sont plutôt fuyantes.

  • Nez : Le bouquet est exubérant sur un magnifique pot pourri de fleurs et d'abricots. Le tout est fumé, grillé plutôt. Quelques touches d'épices viennent compléter les senteurs de cette eau de parfum ou plutôt de cet extrait.

  • Bouche : Dès l'entrée, la bouche est ronde mais sèche et expressive. Au premier abord, le vin offre les accents oxydatifs d'un vin de voile (Vin JauneManzanilla, etc.). Mais ce n'est pas ça : il y a plus de fruits.
    La fluidité du vin sur le palais accompagne une grande complexité et une vraie puissance. Cette même complexité rappelle un vin déjà vieilli, on l'imaginerait en fait déjà beaucoup plus vieux. La finale est extrêmement longue, très aromatique et très fraiche. Quelques amers nobles d'une grande finesse viennent clorent le bal sur des pointes exotiques et d'agrumes confits mais en aucun cas confiturés. La persistance est impressionante.

  • Appréciation : Ce vin est troublant, d'une élégance racée : le plaisir est en rendez-vous c'est indéniable. Sa puissance, sa finesse et son infinie complexité font voyager parmi un ensemble de parfums, et le temps ne lui apportera que davantage de grandeur.

  • Accords Mets/vin : Fruits de mer, plats de poisson et fromages secs.

 

Y 2006

 

Château d'Yquem 1996

  • Œil : Une jolie robe ambrée foncée laisse apparaitre un disque généreux dans lequel viennent atterrir d'amples jambes sucrées.

  • Nez : Le nez est puissant et expressif. Explosif même, tant il est intense. Le parfum qui se dégage de ce nectar est floral avec des accents végétaux et légérement amers. Le fruit s'exprime sur des notes de coing, d'agrume et d'ananas confit avec une franche touche de fraicheur.

  • Bouche : L'entrée de bouche est ample, ronde et emplie de finesse. La complexité est telle que la flaveur est déroutante. Les notes de fruits confits sont présentes comme dans de nombreux vins liquoreux mais la bouche reste vive et fraiche. Ce qui caractérise ce vin c'est, à notre sens, la grande limipidité de sa texture, en opposition à sa complexité. La finale est sans conteste le plus spectaculaire, à la fois puissante et cristaline et surtout caractérisée par une longueur interminable.

  • Appréciation : Un liquoreux impressionnant pour lequel nous pourrions user de très nombreux qualificatifs. Celui que nous retiendrons : Intensité !
    Il faut également comprendre que l'une des plus importante caractéristique des vins du Château Yquem est leur capacité à traverser le temps. De véritables capsules temporelles comme j'aime à dire qui gagne encore en complexité, en personnalité lorsqu'ils s'asséchent en déposant leur sucre et en développant leur arômes tertiaires. Alors pour un vin de 15 ans, nous avons eu un vrai plaisir et oui ça vaut le coup de gouter, si possible au verre, car c'est uniquement sur des cuvées bien plus vieilles que nous serons en mesure de dévoiler toute leur grandeur.

  • Accords Mets/vin: Le site web du Château d'Yqeum fait la part belle aux accords sur le thème de l'audace. Retenons ces quelques suggestions appétissantes qui auraient été proposées par des personnages célébres : Les Huitres (Honoré de Balsac), une salade de moules (Alexandre Dumas).
    Plus classiquement, les vins de cette appellation sont associés au foie gras (mais attention, en le plaçant en entre-mets, avant le dessert, surtout pas en entrée... piqure de rappel ici), aux poissons et aux viandes blanches en sauce, au fromage à pate dur ou à pate persillée.
    Au regard de la rareté des occasions de déguster un tel vin et... de son prix... nous préférons le laisser s'exprimer seul pour surtout ne le camoufler en aucune manière.

 

Yquem 1996

 


Trouver ces vins :

Ces 2 vins ont été dégustés au verre chez Wine by One

Tarif indicatif - "Y" 2006 : 150€ (75cl) / Yquem 1996 : 220€ (75cl)

Disponible sur internet :

Wine and Co

Vinatis



Contacter le domaine :

Site web :  http://www.yquem.fr/

Blog : http://www.myquem.com/actus/

 

Situer le domaine :


Agrandir le plan

La situation indiquée ci-dessus fait
référence à l'adresse du domaine mais ne peut prendre en compte la
localisation exacte et exhaustive des vignes elles-mêmes.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Repost 0
Published by JP - dans Bordeaux
commenter cet article
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 20:17

A l'occasion du jour de l'an, pour accompagner des cailles aux raisins, j'avais choisi de sortir un joli vin de Bordeaux. Plus exactement un Saint-Julien et pas des moindres! Sans doute l'un des plus prestigieux domaines de l'appelation, le Château Léoville Las Cases.

Alors avant de passer à table : dégustation oblige ! J'ai bien un millésime 1997 du grand vin en cave, il doit être fatigué, il faut le boire c'est urgent, mais non, j'ai préféré le Clos du Marquis. Goûté en millésime 1995 début Août c'est ici à la "version" 2004 que l'on va s'interesser. Mais d'abord quelques explications sommaires !

Depuis 2010, le Château Léoville Las Cases produit 3 cuvées :

  • Le Grand Vin de Leoville Las Cases
  • Le Clos du Marquis
  • Le Petit Lion
 Leoville-Las-Cases - Clos-du-Marquis-2004

Créé à l'origine pour assurer le rôle de second vin du domaine (pardon, du "Château" : nous sommes en bordelais), la cuvée "Le Clos du Marquis" est désormais "l'autre vin" de Léoville Las Cases.

En effet, la cuvée "le Petit Lion", commercialisée depuis 2010 (en millesime 2009), est vinifiée à partir des jeunes vignes du domaine, tel un véritable second vin, afin de maintenir la qualité du grand vin, lui-même réalisé à partir des vignes plus anciennes.   


Description de la cuvée

Le Clos du Marquis, considéré depuis déjà de longues années comme l'un des plus grands seconds vins de la région, retrouve donc sa place, à mon sens méritée, d'autre grand vin. Il s'agit donc désormais clairement d'une séléction parcellaire, produit à partir d'un petit clos attenant au château de Léoville et de parcelles extérieures au "Grand Enclos".

 

Dégustation

Après 2 heures de carafage :

  • Œil : la robe est rubis intense. Le disque semble plutôt moyen mais exibe de jolies jambes grasses.

  • Nez : expressif et net sur le cassis puis s'envole sur le pruneau. Tout cela est encore une fois très net, très pur.

  • Bouche : très saline dès l'entrée de bouche. La densité est moyenne et affirme un bel équilibre. Du cassis et de la cerise bien mûre. Les tanins sont déjà fondus mais sans pour autant être veloutés. Une légère astringence est présente à l'ouverture mais le vin s'assouplit par la suite. Marquage léger au chêne avec des notes de vanille mais le tout est assez élégant et laissant bien sa place au fruit avec quelques fines touches subtiles de tabac en finale. La bouche est plus sur la finesse que sur la puissance. Au fil de la dégustation, le pruneau, puis les fruits noirs en liqueur prennent leur place encore une fois tout en finesse.

  • Appréciation : ce vin a su séduire par sa pureté et sa finesse aromatique. Rien de lourd, pas de concentration "artificielle", le fruit est bien respecté et c'est juteux. Franchement c'est vraiment bon !

 

 

Contacter le domaine : http://www.leoville-las-cases.com/

 

Situer le domaine :


Agrandir le plan

 

La situation indiquée ci-dessus fait
référence à l'adresse du domaine mais ne peut prendre en compte la
localisation exacte et exhaustive des vignes elles-mêmes.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Repost 0
Published by JP - dans Bordeaux
commenter cet article